Chance The Rapper – Coloring Book

La confirmation d’un rookie devenu grand.

Chance The Rapper - Coloring Book

Oui, l’album est sorti depuis plus d’un mois, ce qui dans l’univers du rap correspond à une éternité mais je me dois de m’attarder un instant sur un des grands disques de l’année. Après 2 mixtapes fortement visibles (je suis surtout fan d’ « Acid rap ») et l’album « Surf » de Donnie Trumpet and The Social Experiment, Chance The Rapper continue de tracer son sillon dans l’indépendance musicale, loin des labels et livre une superbe preuve de liberté musicale.

« I don’t make music for free, I make’em for freedom,
Don’t believe in kings, believe in the Kingdom »

Épaulé par de bons copains talentueux, Chance irradie ce disque par son talent et montre qu’il apparaît comme le trait d’union entre les différentes facettes du rap actuel, de Lil Wayne à Future en passant par Kanye West et Young Thug.

  1. All we got (feat Kanye West and Chicago Children’s choir): une introduction pleine de gospel sous forme de réponse à « Ultralight beam » sur le dernier album de Kanye où les deux compères avaient déjà collaboré
  2. No problem (feat Lil Wayne and 2Chainz): avec les deux dreadheads Lil Wayne et 2 Chainz, Chance signe incontestablement un des bangers de l’album. Tube assuré !
  3. Summer friends (feat Jeremih and Francis and the Lights): un brin de calme après la tornade précédente, sur une excellente prod de Francis and The Lights
  4. DRAM specials: le chanteur DRAM vient poser quelques vocalises sur le titre, de toute beauté.
  5. Blessings: encore du gospel venant illuminer le rap de Chance et encore une belle réussite
  6. Same drugs: une douce ballade qui ne parle justement pas de drogue, mais de l’éloignement avec son ex du collège. Du pur Chance, plein d’émotion et de talent.
  7. Mixtape (feat Young Thug and Lil Yachty): Les rois de l’underground, Chance avec Young Thug et Lil Yachty, se réunissent sur le bien nommé « Mixtape », une franche réussite et sûrement mon track préféré de l’album

    « Am I the only nigga who cares about mixtapes? »

  8. Angels (feat Saba): le morceau est lumineux et dévoile tous les anges qui se sont posés sur le berceau de Chance
  9. Juke Jam (feat Justin Bieber and Towkio): Chance appelle son pote Justin Bieber (libérez les haters) sur un sublime sample de Mount Kimbie.
  10. All night (feat Knox Fortune): un bijou dancefloor qui fera remuer quelques culs. Prod de Kaytranada forcément.
  11. How great (feat Jay Electronica and My cousin Nicole): la track fait incontestablement parti des monuments du disque ; il commence comme un beau gospel, se poursuit avec un couplet magistral de Chance et s’achève triomphant avec un autre couplet incroyable du revenant Jay Electronica.
  12. Smoke break (feat Future): il ramène Future dans le monde de Chance, loin de ses sentiers connus de trap, une belle réussite
  13. Finish line / Drown (feat T-Pain, Kirk Franklin, Eryn Allen Kane, Noname): un titre en 2 temps commençant comme une pure « feel good song » dans la veine de Donnie Trumpet and The Social experiment et finissant dans le même esprit avec un « Drown » groovy.
  14. Blessings (feat Ty Dolla Sign): une variante du premier Blessings pour parachever ce grand disque avec le nouveau prince des refrains chantés.

La disque est une réussite, titre après titre, jusqu’à la superbe pochette et son histoire associée ; Chance est photographiée alors qu’il regarde sa fille qu’il tient dans ses bras.

Laissez un commentaire