Club Cheval – Discipline

Le premier album des princes de l’électronique.

 Club Cheval - Discipline LP

J’arrive deux mois après la bataille (l’album est sorti début mars) mais je me devais de parler du tant attendu virage du premier album de Club Cheval. Ceux qui me suivent depuis un moment savent que j’aime beaucoup le quator et que je les suis depuis un moment.

Les premiers singles sont sortis au compte-gouttes depuis l’année dernière : « From the basement to the roof » et sa bass music pleine de soul, le hit « Discipline » et le plus énigmatique « Young, rich and radical ». Les tubes en puissance se sont enchaînés et ont fait monter un petit buzz autour du groupe. Kore a joué le chef d’orchestre pour donner corps à l’opus et faire appel au producteur de Leslie, Rohff, Magic System et Booba a attiré mon attention. La mayonnaise montait à l’attente du futur chef d’oeuvre qui arrivait à grands pas.

Ma première impression à l’écoute de « Discipline » fut bonne mais avec un soupçon de déception malheureusement. Pourquoi ? Lors de cette première écoute, je n’avais pas trouvé de titre (hors des bangers mentionnés plus haut) qui sortait du lot. Malgré le sentiment du devoir accompli, j’en attendais finalement plus. Leurs remixes ou titres solo ont toujours apporté une facette d’eux que je ne connaissais pas.

Est-ce la déception d’une trop grande attente ou un comportement d’enfant gâté ? Sûrement un peu des deux car après de nombreuses écoutes attentives, espacées dans le temps, on se rend compte de la cohérence de leur projet, de la finesse de leur productions et des pistes explorées pour définir une nouvelle électronique pop et élégante qui ne renie pas le R&B de Timbaland et des Neptunes. J’ai flashé sur certaines pépites comme l’excellent « Other guy » ou le prémonitoire « Nothing can stop us now ».

« Discipline » force le respect et reste au dessus de la mêlée. L’album aura probablement le mérite de leur ouvrir de belles portes vers l’élite mainstream US, comme cela avait gentiment commencé avec le remix de Rihanna ou The Weeknd. Pour se plonger dans l’album et l’univers de Club Cheval, vous devez regarder leur live au Boiler Room à la sortie de « Discipline », un bonheur de bidouille électronique et de groove.

Laissez un commentaire