David Bowie – Ashes to ashes

David Bowie - Ashes to ashes

Depuis ce désormais fameux lundi 11 janvier 2016, ma tristesse est encore immense. David Bowie est mort et laisse derrière lui, une discographie fleuve marquée de diamants, une révolution de la pop music et des idées par centaines qui ont inspiré une multitude d’artistes. Le titre de l’article est ironiquement et tristement direct. « Poussière, tu redeviendras poussière » ; c’est également mon morceau préféré de Bowie.

Cet amour pour la musique de David Robert Jones me vient de mon père. J’ai été biberonné par David Bowie, période Let’s dance (en 1984). Mon paternel a dû souvent passer ce disque car je l’adore toujours autant. Le climax de notre passion commune pour Bowie s’est déroulé un soir devant le DVD de son Reality Tour de 2003. Digestif à la main, on prend conscience de l’immensité de ses tubes et de l’aura du monsieur ; c’est un véritable trait d’union entre nos deux cultures musicales. On sait maintenant que c’était sa dernière tournée …

Je me pose souvent la question de savoir comment un artiste vieillit avec sa musique et sa créativité. David Bowie était un OVNI de la pop musique et m’a apporté la plus belle des réponses ; en plus de son immense carrière, le Thin White Duke a montré qu’il est possible de continuer sa carrière musicale avec talent et avec des idées incroyables. Son dernier album, « Blackstar », demeurera une preuve indéniable de son ouverture d’esprit et de sa suprématie sur la musique pop.

Le premier single éponyme montre cette folie, avec 10 minutes de bonheur lorgnant avec le free jazz, la musique orientale et la musique électronique. Il ne se contentait pas de refaire le même album tout le temps. Pour la création de cet opus, Bowie avait réuni, entre autre, son grand pote Tony Visconti pour la production et James Murphy pour jouer sur deux morceaux de l’album. Il avait également écouté sans cesse, en studio le dernier album de Kendrick Lamar, « To Pimp a butterfly ». Les grands esprits … Tout ça tout ça ! David Bowie ne pouvait pas être dépassé ; il ressentait l’air du temps, ne cessait jamais d’explorer et retranscrivait cette curiosité dans ses disques. Sa carrière est d’ailleurs faite de métamorphoses et de réincarnations et ses nombreux alter ego sont là pour lui rendre hommage.

David Bowie - alter ego - Helen Green

Le plus fascinant dans sa mort reste l’orchestration de ce « au revoir ». Il savait que le cancer l’emporterait, ce « Blackstar » est donc son cadeau d’adieu pour le public. « Lazarus » en est d’ailleurs une magnifique lettre d’adieu avec son clip énigmatique lors de sa sortie et tellement évident après sa mort. On le voit sur un lit d’hôpital agonisant et un deuxième Bowie sort d’un placard pour écrire un mot que l’on imagine son testament. Hors de ce clip, cela passe aussi par de petits détails ridicules mais qui ont beaucoup de sens : la dernière personne suivie par le twitter officiel du chanteur est celui de Dieu !?! David Bowie est grandiose jusqu’à la fin et se permet le luxe de mettre en scène sa propre fin.

Je n’ai pas pu m’empêcher de vous préparer une playlist de mes titres préférés du chanteur.

Les deux illustrations ont été réalisées par Helen Green, une grande fan du chanteur qui fait des créations magnifiques dont ce fameux gif de tous les visages de David Bowie.

1 Commentaire

Laissez un commentaire