Omari Oneal (Oh!) – Heaven is a mile away

« A musical experience that transcends genre, age, race and culture and intersects faith, love and hope « .  Belle description synthétique de son dernier album, Heaven Is a mile away. Par Omari Oneal (aka Oh!) himself. Je n’aurais pas dit mieux.

On remet tout d’abord les pendules à l’heure. Omari n’en est pas à son premier coup d’essai, loin de là, en attestent les différents articles JuBox à son sujet que vous pouvez retrouver ici.

Omari ou Oh! pour les intimes vient enfin de sortir son troisième opus, qu’il prépare depuis un an. L’aboutissement d’un tel travail mérite sa place dans les colonnes de la JuBox. Car le résultat est brillant. En 13 morceaux, il réussit effectivement à transcender les genres et styles musicaux. Comme il le définirait lui-même, il s’agit tout simplement de pop music. Pop dans son sens originel du terme, populaire, qui n’a pas de frontière et qui peut toucher n’importe qui, n’importe quand.

Heaven is a mile away, ou comment éviter toute tentative d’étiquetage musicale. On aurait bien voulu le caser dans la boite « rap » vu son background, mais inutile d’insister, il s’agit là d’une autre dimension. Les productions d’Omari mêlent des sonorités pop-rock, électroniques, hip hop, reggae, funk…sans donner un « pot pourri ». L’ensemble est cohérent, mélodique et entraînant. A noter que c’est Omari lui même qui produit ses morceaux et écrit ses textes.

L’esprit Heaven is a mile away, c’est un peu l’esprit You can do it too à la Pharrell Williams. Ne jamais abandonner ses buts, toujours espérer et croire en ses convictions. On le comprendra via les titres Change gon come et Heaven is a mile away (version Reprise), et globalement dans l’ambiance de l’album.

D’emblée, Omari nous transporte dans son univers avec ce Starts with the mumble où il expose à ses auditeurs son objectif , que sa musique touche et parle à quiconque, et les transporte où ils le souhaitent. Il appuie son invitation dans son univers en enchaînant sur Come With Me, un titre à l’instru électro-funky où il parvient à poser son flow entraînant.

Comme je le disais plus haut, pas mal de morceaux aux influence pop-rock sont présents dans cet album, comme The Simple Things, When Memories Fall Apart à la rythmique et gimmick folk ou encore We made it qu’il dédie à sa famille. Bien entendu, quelques perles dont les bases renvoient au hip hop comme Cyaan Stop We ou Alright à l’ambiance également R’nB.

Un album personnel qui s’attache notamment à l’expérience et la vie de Oh! mais qui arrivera sans problème à vous parler, j’en suis convaincu.

Pour moi, Omari Oneal, à travers ce Heaven is a mile away, a quasiment réussi son pari, en fait le pari de la musique: effacer les frontières, les cases, les genres, les origines. Un langage unique, commun qui rassemble, au moins pour un instant, si ce n’est plus…Le titre porte bien son nom, Heaven is a mile away, en tout cas avec la musique, je vous le dis…

Et le paradis ne s’arrête pas là puisque l’album est en plus gratuit et à télécharger légalement sur le site officiel de l’artiste: http://music.omarioneal.com/

On termine par une interview , et quelques extrait d’un de ses shows où il effectuait la première partie de Lupe Fiasco à Boston, son lieu actuel de villégiature, le tout réalisé par Nicholas Black:

Laissez un commentaire