J-Live + Les Gourmets @ Nouveau Casino (3/12/08)

J-Live pour la rubrique JuLive, je ne pouvais rêver mieux !! 😉 Sur ce jeu de mots pourri, enchaînons sans plus tarder à la revue du concert.

Début de concert avec Les Gourmets, que je ne connaissais que de nom. La découverte fut plutôt bonne. Signés sur le label Gourmets Recordingz (qui accueille également Nil et We Are Terrorists), ils ont assurés un bon show (qui démarrait pourtant timidement). Les instrus electro font directement penser aux travaux de TTC et de Grems (nul doute qu’ils ont dû en écouter beaucoup). Le groupe a démarré sa carrière en 2005 et comme ils disent sur leur myspace, ce n’est que le début … affaire à suivre !!

Après l’interprétation de leurs morceaux, ils démarrent un freestyle final avec des invités de marque. Dany Dan des Sages Poètes de la Rue déboule sur scène. Ca, c’est une surprise … l’homme qui a sorti (avec ses compères Zoxea et Melopheelo) d’excellents albums (comme le mythique double album « Jusqu’à l’amour » –CD1 & CD2). Le freestyle avec son pote (dont je n’ai pas capté le nom, sûrement aveuglé par la surprise de Dany Dan) fut un beau moment nostalgique d’un certain age d’or du hip hop français (que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître ;-). La tension est montée d’un cran quand Jeru The Damaja arrive sur la scène. La légende du hip hop US (qui avait bossé avec DJ Premier) sur la scène du Nouveau Casino devant mes yeux ! La claque se poursuit ! Beau moment !!
(Sur scène, les Gourmets en T-Shirts noirs et Dany Dan à droite en tee blanc …
on voit pas grand chose mais il y avait pas mal de mouvement sur le freestyle.
L’idée est de capter l’ambiance sur scène)
Le massif J-Live se glisse ensuite tout doucement sur scène pour démarrer son show. Timidement, il invite la foule à se rapprocher et démarre le concert. Nous avons eu le droit à un show carré à 10 000 lieues des délires électroniques actuelles du milieu hip hop. Malheureusement, la foule n’a pas massivement répondu à l’appel (l’artiste n’est pas spécialement connu dans nos contrées).


L’ambiance y est jazzy, old school, résolument hip hop et l’ancien prof de littérature a fait honneur à sa réputation d’excellent lyriciste. Tous les albums et EP y passent, « All of the above », « The best part », « Then what happened », … Plusieurs temps forts ont marqués la prestation ; l’interprétation du génial « Them That’s not », à l’instru jazzy et flow coulant sur le rythme du beat, et le passage où J-Live a remplacé son DJ pour rapper tout en scratchant. Une sorte d’homme orchestre du hip hop ! Son DJ assure la fin de soirée avec un bon mix old school alors que J se pose à la sortie de la salle pour vendre ses albums et goodies. Le mec, très ouvert, en profite pour découvrir son public parisien.

(Dans la pénombre, J-Live aux platines rappant dans le micro)

Morale de l’histoire : ça fait toujours plaisir de se retrouver sur les fondamentaux de ma culture musicale : un bon petit groupe d’hip hop électronique qui risque de refaire parler d’eux et un artiste talenteux et honnête.

Je profite de cette revue de concert pour vous annoncer une bonne nouvelle : j’accueille un nouveau rédacteur sur le blog, B from LU, mon homeboy Baba, qui viendra de temps en temps partager ses coups de coeur. L’invitation fut naturelle car Baba est un pote depuis quelques années, on échange pas mal sur la musique et on est allé ensemble à la moitié des concerts de la rubrique JuLive. Vous aurez donc le plaisir de découvrir ses premiers posts très rapidement dans la semaine.

1 Commentaire

Laissez un commentaire