Alice Lewis – No one knows we’re here

Instants envoûtants et magiques avec Alice et son pays des merveilles sonores. Un univers particulier avec quelques histoires oniriques, ambiance en corrélation avec son nom de scène, Alice Lewis. Cette chanteuse, auteure/compositrice et multi-instrumentiste vient de sortir (le 19/10) son premier album No one knows we’re here. Un disque prenant, étonnant, charmant. Tranquille.

Un opus pop structuré sur 12 titres, entre des orgues, flûtes à bec, guitares, piano, omnichord, et bien entendu la douce voix planante d’Alice. Le premier morceau Hiding Underwater donne le ton apaisant de l’album, où l’on nage dans un océan de nappes vous faisant naviguer vers un récif inconnu. Un récif d’où proviendrait inlassablement la voix de Melle Lewis, comme celle d’une sirène.

Des sonorités parfois électroniques, des rythmiques entraînantes et entêtantes, comme dans Night’s end,  pimentent le voyage. Je pense parfois à Au Revoir Simone. Mais Alice a bien entendu son style, ses paysages, son environnement, notamment avec ces choeurs qui donnent une profondeur aux morceaux, ces claviers résonants aux mélodies nocturnes, ses battements timides  donnant le pas dans cet étrange rêve.


Alice Lewis – Night’s end
envoyé par naiverecords. – Regardez la dernière sélection musicale.

Oh what a mistake, son intro et son beat ont, quelque part , quelque chose de hiphop. To the Magical Mountain quant à lui propose des tonalités exotiques, orientales. Alors No one knows we’re here serait subrepticement plus que pop. Confirmé par les titres Parachutes et Square1234 qui électronisent et rockent le tout par le synthé et les riffs de guitare.

Vous êtes dorénavant prêts à passer de l’autre côté. Alice Lewis, No one knows we’re here est dans les bacs depuis une semaine et disponible également sur iTunes. Go!

Myspace – Alice Lewis

Laissez un commentaire